Wikimoney (Ψ)

Wikimoney (Ψ) est un projet fonctionnant sous la forme d'une innovation ouverte sur Wikinumismatics.com pour contremarquer des pièces de monnaie par des signes distinctifs de façon à les rendre unique. Cette unicité permet de leur attribuer un NFT et de les transformer en une crypto-monnaie privée.

La problématique des investisseurs en pièces de monnaie composées de métal précieux est de limiter les frais de transaction lors de la transmission. L'avantage de dématérialiser la propriété physique d'une pièce de monnaie sous la forme d'un NFT est donc de faciliter les échanges.


Nous proposons de transformer des jetons ou pièces de monnaie métalliques pour les rendre à la fois fongibles (puisqu'ils ont une composition similaire) et non-fongibles (puisqu'ils sont contremarqués par un numéro unique). Cette double caractéristique permet de les rendre convertibles et transférables sous forme de cryptomonnaies stables, qui peuvent être qualifiées de crypto-wikimoney numérotées.

Ces crypto-wikimoney peuvent être réalisées aussi bien avec des anciens jetons que des pièces de monnaie ayant cours légal. La preuve de travail de l'émetteur de cette wikimoney correspond à un double "minage" : la frappe de la contremarque et la numérisation du NFT lié à la pièce de monnaie.

A titre d'exemple, une pièce de 1 euro contremarquée comme wikimoney fait bénéficier à son émetteur d'une prime d'émission[2][3] ; en effet, cette dernière récompense la preuve de travail correspondant à un double "minage" : la frappe de la contremarque et la numérisation du NFT lié à la pièce de monnaie contremarquée.


Pour conclure, force est de souligner qu'une pièce contremarquée a habituellement une valeur de marché décuplée par rapport à celle d'une pièce non-contremarquée.

Cadres TLTR (>2mn)

Historique

Force est de constater que le franc germinal a conduit à une stabilité des prix et des salaires pendant près de 200 ans en France. La monnaie divisionnaire en argent avait le rôle de faire-valoir de la monnaie fiduciaire. Cette masse monétaire métallique en argent était largement sous-évaluée par rapport à la masse monétaire en circulation dans l'Union latine[2]. Du fait de la thésaurisation de la monnaie en argent, le cours forcé des billets de 5 francs Zodiaque a été généralisé après la guerre de 1870.

Avec la première guerre mondiale, la monnaie en argent thésaurisée conduit à la création du billet violet puis à l'arrêt de la frappe du franc semeuse en argent en 1920, qui est démonétisé en 1928 ; la fin de l'Union latine se traduit par une réévaluation de l'argent de 600% du franc Turin en argent métal.

En 1933, Roosevelt interdit la possession d’or aux USA aux personnes privées ; le trésor américain achète l’argent-métal disponible à la vente par importation jusqu'à ce que ses réserves d'argent représentent le tiers des réserves d'or : sur un stock mondial total de 4 940 Moz d'argent en 1933, la Chine en détenait 1 700 Moz, l'Inde 1 050 Moz, les États-Unis 650 Moz et la France totalisait 68 Moz[3]. En 1938, le stock d'argent du trésor américain culmine à 70000 tonnes, soit 2469 Moz[4].

Après avoir supprimé la libre frappe de la monnaie en argent en 1873, Les USA ont donc accumulé près de la moitié du stock mondial d'argent en 1945. Les États-Unis possèdent alors les 2/3 du stock d’or mondial et imposent un nouveau système monétaire international.

En 1960, de Gaulle lance le « nouveau franc » qui se base sur une pièce de 5 francs est en argent massif 835/1000 de type Semeuse dévaluée de 50% par rapport à la Semeuse Roty produite de 1898 à 1920.

Le 4 juin 1963, Kennedy supprime le Silver Purchase Act de 1934 et les lois interdisant aux américains d'acheter de l'argent en signant l'Ordre exécutif n°11110 ; Johnson démonétise l'argent-métal en 1965 pour faire face aux besoins industriels croissants ; et Nixon met fin au Gold Exchange Standard en 1971.

Les cours des matières sont depuis administrés par des ETF, les règlements avec option "cash settled" sans livraison et les THF. En 2021, la SEC a approuvé les fonds négociés en bourse (ETF) sur les cryptomonnaies Bitcoin et Ethereum...

Technologique

Le concept de Wikimonnaie a émergé dans la communauté Wikimedia en 2003 pour encourager les contributeurs à réaliser certaines taches. Son objectif était de créer un système efficient pour prioriser des taches et diriger la communauté vers des contributions effectives. Ce système était réservé aux contributeurs actifs justifiant d'une ancienneté suffisante ; il était similaire au CET et au Sel avec lesquels les bénévoles gagnent des crédits de temps ou une devise locale pour aider leur communauté.

Le logo wikimoney symbolise un trou noir traversé par une galaxie vue de profil propulsant perpendiculairement une bulle de Fermi.

Juridique

L'argent-métal est désormais assimilé à une marchandise et les investissements sous forme de lingots en argent n'ayant pas de valeur faciale sont soumis à TVA, contrairement aux pièces qui en sont exonérées. Les pièces en argent démonétisées sont donc exonérées de taxe lorsqu'elles sont échangées entre les particuliers. Les pièces neuves sont cependant soumises à une taxe sur les métaux précieux.

Toutes les expériences de monnaies numériques basées sur des stocks physiques d'or ou d'argent ont échoué et été interdites : e-gold (1996), e-bullion (2008), Liberty dollar (2009), liberty reserve (2011) et les bitcoins physiques (2018). L'émergence actuelle de cryptomonnaies exécutant des contrats intelligents permet d'envisager une décentralisation des stocks de pièces en métal précieux.

Force est de souligner que les réglementations financières ont fait disparaître les émissions de bitcoins sur un support physique depuis 2018.

Vision, mission et valeurs

Vision

Le bitcoin implique une défiance systématique envers les institutions et ses utilisateurs ; fort de son leitmotiv "In code we trust", cette cryptomonnaie décentralisée utilise le minage par la preuve de travail.

A l'inverse, le wiki fait confiance au processus d'amélioration continue du contenu produit par ses contributeurs.

Nous proposons un système de paiement intermédiaire basé sur un réseau de compensation type lighting soldable par la livraison physique de pièces de monnaie en métal précieux.

L'information numérique a un coût de production marginal nul ou négligeable. La valeur d'un logiciel, d'un contenu ou d'une monnaie numérique dépend donc de sa rareté artificielle.

Comme le copyleft qui utilise le copyright pour imposer la réutilisation d'une licence libre, notre objectif est de remonétiser d'anciennes monnaies pour les transformer en une nouvelle monnaie privée communautaire.

Mission

Wikimoney est un système de monnaie électronique peer-to-peer utilisant des jetons non fongibles et des pièces physiques comme preuve d'enjeu : chaque jeton électronique représente un titre de propriété sur une ou plusieurs pièces en argent physiquement contremarquées d'un signe distinctif unique[5] et d'un poinçon de titre en métal précieux.

Contrairement aux monnaies FIAT ou autres cryptomonnaies basées sur la confiance comme le bitcoin, Wikimoney est donc basée sur la rareté physique d'un bien tangible.

Valeurs

Les stocks de pièces en argent sont décentralisés chez les numismates ou livrables par des magasins numismatiques. Tout détenteur de pièces en argent peut ainsi créer sa propre crypto-wikimonnaie.

Le projet Wikimoney utilise actuellement la blockchain Ethereum (ETH) et Polygon (layer 2 protocol). Il a pour finalité de garantir la confidentialité des transactions par ZKP (zK rollups) ; et l'IPFS permet d'assurer son stockage permanent et décentralisé sur le Web3.

Organisation

Registre public

MediaWiki peut être assimilé à une blockchain publique : tous les flux sont enregistrés de façon permanente sur un registre public et ses contributeurs utilisent le pseudonymat ou des adresses IP ; et l'anonymat est limité car les utilisateurs sont tracés par les opérateurs télécom.

Fonctionnement

Sur la blockchain Ethereum (ETH), le format ERC-20 est dédié aux jetons fongibles[6]. Le format ERC-721 des jetons non-fongibles (NFT) est inscrit directement dans la blockchain Ethereum, ce qui génère des frais de transaction élevé. A l'inverse, le format ERC-1155 est un NFT généré sur une DApp : cette dernière permet des frais de transactions généralement nuls ; le nombre d'exemplaires de chaque NFT ERC-1155 est déterminé par son créateur ; et ce type de NFT peut contenir un contenu privé déblocable par son propriétaire, ce qui permet éventuellement d'organiser la livraison physique d'un objet détenu par le créateur du NFT.

Pour limiter voir supprimer les frais de transaction (gaz), nous préconisons de lier cette image avec une adresse NFT au format ERC-1155 pointant sur une blockchain layer 2 ; à titre d'exemple, la génération du NFT doit être unique (1 car le créateur du jeton ERC-1155 décide du nombre d'exemplaires de NFT à créer) et est associée à une image de la pièce contremarquée sur OpenSea via la blockchain Polygon : le coût de production du NFT est totalement gratuit !

En effet, chaque image de pièce en argent contremarquée de façon unique peut être associée à une clé publique générée sur la blockchain Polygon ; chaque NFT de la plateforme OpenSea peut avoir un contenu déblocable uniquement par le détenteur du NFT (smart contrat) : le contenu déblocable peut donc contenir une clé privée équivalent à un titre de propriété ou une attestation de propriété précisant les instructions pour déclencher la livraison physique de bien concerné.

L'image de chaque pièce Wikimoney contremarquée peut être enregistrée dans la blockchain Ethereum (ETH) sous un pseudonyme via un wallet comme Metamask. L image peut aussi être importée avec une adresse IP sur une plateforme comme wikinumismatics mais elle devra alors pointer sur un lien vers une DApp.

Force est de souligner que les métadonnées d'une image permettent souvent de géolocaliser et d'horodater la prise de vue ; celles-ci devront être anonymisées par souci de confidentialité.

Preuve d'enjeu

Inspiré du métallisme, une monnaie est traditionnellement matérialisée par une preuve de travail accumulée sous la forme d'un métal rare ; contrairement aux monnaies fiduciaires et à l'or, la wikimoney est une monnaie métallique composées de pièces en argent qui correspond à des besoins industriels[6]. Wikimoney est par nature :

  1. sans dette : le métal précieux ne permet pas la création monétaire ; cette re-monétisation d'anciennes pièces en argent est un recyclage écologique qui prend en compte les ressources limitées de la terre[7].

  2. sans intérêt : contrairement aux monnaies FIAT, la monnaie en argent ne génère pas d'intérêt[8]

  3. déflationniste : chaque unité de cette masse monétaire est publiée, limitée et a tendance à s'éroder[9]. Cette réserve de valeur est ultime en cas d'apocalypse quantique.

  4. décentralisée : Wikimoney permet à chacun de se réapproprier une création monétaire par la libre frappe ; en effet, n'importe qui peut se procurer des flancs d'anciennes pièces en argent dans les magasins numismatiques pour "miner" sa Wikimonnaie[10].

Validateur

La mise en œuvre consiste à contremarquer d'anciennes pièces d'argent pour les rendre uniques : le numismate authentifie la teneur en métal précieux de la pièce en argent et frappe sur la face de la pièce un poinçon de garantie (Poinçon garantissant le titre du métal précieux) et un poinçon de maître (marque du créateur numismate) ; sur le côté pile de la pièce en argent, un numéro unique d'horodatage est frappé généralement dans le sens inverse de la pièce pour valider la création du jeton.

Comme sur les premières pièces en argent, d'autres poinçons peuvent être ultérieurement ajoutés pour permettre le contrôle ou l'autorisation de circulation dans d'autres communautés. L'image de la pièce ainsi modifiée pourra être ajoutée sur le wiki et être associé ainsi à la même adresse NFT.

A terme, chaque pièce physique est associée à un jeton non fongible (NFT) pourrait contenir une clé privée. Cette dernière permettrait de déclencher un smart contract sur une plateforme décentralisée automatisant simultanément la destruction du NFT et la livraison physique de la pièce contremarquée aux coordonnées renseignées par l'acheteur.

Réseau social

Comme pour Ğ1, les utilisateurs de cette blockchain numismatique pourraient être parrainés par plusieurs membres pour une durée limitée.

Fort de cette communauté de confiance, le maillage du réseau de livraison physique des pièces contremarquées serait soit décentralisé directement entre les membres, soit centralisé par des numismates professionnels, soit enfin sur une plateforme finance décentralisée similaire à OpenSea.